Arméria Renaissance


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le sceau des anges

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alice Eden

avatar
Messages : 438
Date d'inscription : 22/03/2015

Feuille de personnage
Guilde: Hunters
Rang dans la Guilde: Hunter de rang S
Place dans la hiérarchie de sa Race: anciennement ange
MessageSujet: Le sceau des anges   Dim 22 Mar - 21:38

Alice Eden

Une vie sans prise risque ne vaut pas la peine d’être vécue



ID Card
Âge : Un peu plus d'un siècle
Sexe : Féminin
Orientation sexuelle : Hétéro
Espèce : Ange
Métier : Chasseuse de vampires
Origines : Terre
Familier : Natsu, un petit dragon de feu
Aptitudes : Force, endurance, sait se servir de petites armes à feu mais excelle dans le maniement des lames, possède la faculté d’effacer partiellement la mémoire d’autrui.
Personnage sur l'avatar : Aucune idée

Physique


Au premier abord vous ne verrez probablement qu’une banale humaine, enfin… aussi banale qu’une chasseuse peut l’être. Mais si vos sens sont plus développés que la moyenne, vous finirez probablement par réaliser votre erreur. Un petit quelque chose dans son sang, son aura ou son odeur vous fera penser qu’elle n’est pas ce qu’elle parait. En effet, le sceau qui lui a été apposé ne laisse passer que peu de ses pouvoirs et donc atténue grandement son aura angélique.
Alice mesure environ 1 mètre 65 et possède une silhouette fine et harmonieuse. De longues jambes fines et athlétiques, une taille cintrée et une poitrine ni trop plate ni trop volumineuse. Bref dans l’ensemble elle est bien faite, féminine et sportive. Son visage est joli orné de grands yeux bleus, violets lorsque sa forme angélique est libérée, ainsi qu’un petit nez en trompette et des lèvres fines.  Ses longs cheveux bruns tombent en cascade dans son dos et sont le plus souvent libres, même si attachés ils lui vont très bien aussi. Pour ce qui est de son style vestimentaire Alice reste féminine mais simple, elle peut porter des robes superbes pour des soirées mondaines dans lesquelles elle doit se fondre dans la masse mais lors d’une mission elle préfèrera des tenues plus confortables et pratiques. Pour ses tenues quotidiennes une jupe ou un jean avec un chemisier font parfaitement l’affaire. En mission elle portera souvent un pantalon près du corps qui lui permet une grande liberté de mouvements, des bottes en cuir lacées. En haut ce sera soit un chemisier, soit un vêtement d’inspiration japonaise, les deux pans croisés sur la poitrine et maintenus par une large ceinture de tissus.
Parlons maintenant de ses ailes, elles sont d’un blanc immaculé magnifique comme tous les anges. Mais le sceau qui lui a été apposé les empêche de se déployer, de même qu’il bloque ses pouvoirs. Ne laissant passer que ce qu’il faut pour ne pas altérer son immortalité. Elle peut tout de même en cas de besoin libérer tout cela, mais son organisme n’est plus habitué à autant de puissance et cette dernière libérée d’un coup n’est pas sans conséquences. La douleur qui accompagne la rupture provisoire du sceau et les dégâts sur son corps font qu’elle n’y a recours qu’en cas d’extrême urgence ou d’émotion trop forte.
Il ne faut donc se méfier de cette jeune femme au visage angélique car elle peut être aussi dangereuse qu’elle est jolie. Devenue experte dans le maniement du sabre, son katana dont la lame est faite d’argent la quitte rarement. Ce dernier au fil du temps a vu sa lame s’oxyder, cette dernière est donc presque noire maintenant bien que ça n’altère en rien son efficacité. L’ange se débrouille aussi avec les petits couteaux à la lame d’argent et les armes de poings qui sont plus discrets que son sabre. Néanmoins les armes à feu sont loin d’être sa spécialité. Ses pouvoirs angéliques ne lui sont d’aucune utilité d’un point de vue offensif ou défensif car elle peut seulement effacer partiellement la mémoire d’autrui. En faisant cela elle prend connaissance des souvenirs qu’elle vole.

Caractère


Alice ne connait pas la peur car pour elle la peur se divise en deux possibilités : la peur de perdre un être cher et la peur de mourir. Or quand on a plus d’être chers la première disparait. Pour ce qui est de la deuxième c’est plus compliqué, mais pour notre ange l’éternité est quelque chose de terriblement long et ennuyeux, elle ne souhaite pas mourir mais elle sait bien qu’un jour elle finira bien par faire une erreur qui lui coutera la vie. La jeune femme part donc du principe que la vie est une sorte de jeu ou il lui faut abattre un maximum d’ennemis avant la fin de la partie. En réalité cette triste mentalité est due au fait que l’ange a grandi dans la haine et le désir de vengeance, mais sa vengeance lui ayant été refusée elle se retrouve sans but concret. Et quand on a renoncé au bonheur et qu’on ne peut même plus se venger il ne reste qu’à reporter sa haine ailleurs. Alice ne s’attache pas, enfin ne s’attache plus, elle se l’est promis car jamais plus elle ne donnera l’occasion à qui que ce soit de lui voler un être cher. Sinon elle n’est pas méchante, elle ne cherche pas le conflit (vampires mis à part) mais elle ne cherche pas le contact non plus. La hunter ne tue pas par plaisir mais par vengeance et n’en a qu’après les vampires, les autres créatures n’ont donc rien à craindre d’elle à part bien sûr si ils lui cherchent des noises et dans ce cas c’est à leurs risques et périls. Néanmoins elle ne tue pas sans raisons, même si elle a rarement des difficultés à trouver des arguments en faveur de la peine capitale pour ses victimes, elle ne tue pas d’innocents même si ils sont vampires car elle refuse devenir comme eux. La jeune femme est aussi une personne possédant une surprenante confiance en elle, peut-être dû à son manque de peur et d’émotions. Ceux qui sont patient arriveront peur être à voir la jeune personne à l’enfance brisée et aux yeux tristes qu’elle a été et qu’elle est toujours au fond d’elle-même. Mais il faudrait être très observateur car elle ne ressent et n’exprime que très peu ses émotions. Pour ce qui est de sa condition angélique, son cœur est humain car elle a grandi comme eux, même si elle ne hait pas son peuple elle ne les porte pas spécialement dans son cœur car ils n’ont jamais réellement été là pour elle. Alice croit en Dieu car sa propre existence en est une preuve mais elle a le sentiment que comme les anges il l’a oublié.
Dernier point sur son mode de vie, on ne peut pas dire qu’il soit équilibré. Alice mange très peu, seulement quand elle a faim. De même elle est insomniaque, le sommeil s’obstine à la fuir. Elle peut donc passer plusieurs jours sans dormir jusqu’à ce que son corps arrivé à sa limite finisse par accepter de dormir. L’ange n’a pas de loisirs, elle fait son travail et pas grand-chose d’autre à côté. Entre deux missions, elle se documente. Une vie passionnante n’est-ce pas ?

Histoire


Tout commence par un couple d’humains, gentils, généreux et très amoureux. Après avoir eu chacun une situation financière correcte ils se marièrent et… n’eurent pas d’enfants. Leur bonheur aurait été parfait si ils n’avaient pas étés dans l’incapacité d’avoir une descendance. Mais les cieux durent avoir pitié d’eux car un matin ils trouvèrent un bébé devant chez eux. Ils comprirent rapidement qu’il n’était pas perdu car cet enfant était différent : une paire d’ailes blanches poussait dans son dos. Après la surprise de la découverte le couple adopta l’enfant qui était un cadeau divin comme ils disaient, leur petit rayon de soleil qui venait parfaire leur bonheur.

Alice passa donc les premières années de sa vie dans un foyer aimant avec ses parents qui l’aidaient à garder le secret de ses origines tout en lui donnant une enfance épanouissante comme une humaine normale. La fillette n’avait le droit de déployer ses ailes que seule à la maison avec ses parents, le reste du temps elle les faisait totalement disparaitre, mais l’enfant exprimait mieux ses émotions quand ses attributs angéliques étaient visibles.

Mais à croire que la miséricorde divine a ses limites.

Un soir en rentrant de l’école Alice jeta son sac dans l’entrée et déploya ses petites ailes banches comme à son habitude. Un grand sourire aux lèvres, qui à l’époque ne la quittait jamais, elle se dirigea vers la cuisine. Mais le visage de l’ange se figea quand elle entra dans la pièce. Son père gisait au sol la gorge ensanglanté et les yeux vitreux. Un cri d’horreur resta bloqué dans sa gorge, étouffé par l’angoisse et la peur. Un bruit en provenance du salon la sortie de son hébétement. La fillette attrapa un couteau posé sur la table, par chance pour elle ses parents mangeaient avec l’argenterie de famille, puis elle se dirigea vers le bruit. Devant elle un homme au regard ignoble et inhumain tenait sa mère dans ses bras, les crocs dans sa gorge. Alice voulu avancer, aider sa mère, faire diversion, n’importe quoi mais agir, mais tout son corps refusait de bouger et le spectacle qui s’offrait à elle ainsi que la découverte qu’elle venait de faire dans la cuisine lui tordaient l’estomac d’angoisse et de détresse. Sa petite main trembla en serrant le métal froid de son arme de fortune. Le regard de la femme se tourna vers sa fille et se posa sur elle, un regard infiniment doux qui traduisait tout son amour, elle tendit la main vers son enfant puis ses yeux perdirent leurs lueur de vie et son corps tomba au sol comme un pantin désarticulé. Soudain le corps d’Alice sorti de sa torpeur, une vague de colère monta en elle, une haine farouche, elle se rua sur le monstre qui venait de voler la vie de ses parents. Mais le vampire évita le couteau sans difficulté et ricana avant de parler.

« Un ange qui ne peut même pas protéger ses parents ? Lamentable ! »

L’ange se mit à trembler, la colère, la tristesse, la haine, le désespoir, toutes ces émotions la submergeaient. Refermant sa prise sur son couteau la fillette s’élança à nouveau, animée cette fois par le flot d’émotions qui bouillonnait en elle. La lame atteint sa cible cette fois, mais ne fit qu’une petite plaie sans grande importance. L’assassin sourit et la repoussa violement.

« Si tu laisses ton cœur se noircir de haine et de désir de vengeance tu perdras tes ailes petite. Mais ce regard m’intrigue, je veux voir jusqu’où tu iras pour les venger. Grandis et deviens plus forte ou tu resteras incapable de protéger les gens que tu aimes. Pour l’instant tu n’es qu’un avorton inutile, même pas digne de me servir de dessert. »

Et il partit. Après plusieurs minutes l’enfant retourna à la cuisine et déplaça le corps de son père jusqu’au salon comme elle put. Une fois ses deux parents allongés côte à côte, car c’est ensemble qu’ils devaient être, elle leur ferma les yeux. Puis ce visage qui n’avait toujours connu que le rire et les sourires fût ravagé par les larmes. Au bout d’un moment elle récupéra son couteau et se recroquevilla dans un coin de la pièce, les genoux contre elle. La lame lui tailla la main et le sang se mit à couler. La fillette le regarda avec attention ainsi que la plaie qui se refermait rapidement. Une question s’immisça alors dans son jeune esprit : Pourquoi moi qui suis plus forte qu’un humain je suis incapable de les protéger ? Les larmes finirent par s’arrêter de couler, comme si ses yeux en avaient trop versé, et un sentiment d’impuissance s’abattit sur elle.

Plus tard un groupe de personnes armées entra dans la maison, ils parlaient d’une cible, d’un vampire. Puis ils entrèrent dans le salon en constatant qu’ils arrivaient « trop tard ». Ce n’est qu’après plusieurs minutes qu’ils remarquèrent la présence de l’enfant dont le visage sans expressions traduisait un état de choc.

« La gamine qu’est-ce qu’on va en faire ? Demanda un premier homme.

- On va l’embarquer et quand elle aura repris ses esprits on devra la placer en orphelinat, elle est jeune. »

Le premier s’approcha lentement comme si il avait peur qu’elle parte en courant.

« Aller vient on ne te fera rien. »

Elle accepta de les suivre uniquement parce qu’ils emportaient les corps de ses parents pour leur offrir une sépulture descente.
Un mois s’écoula au quartier général de la guilde des hunters, car c’est ce que ces gens étaient : des chasseurs de vampires. Enfin pas que de vampires mais ceux qui s’occupaient d’elle étaient spécialisés dans ce domaine. Un matin Alice entra dans la salle d’entrainement et se dirigea vers un chasseur avec son visage qui demeurait inexpressif depuis la mort de ses parents.

« Je ne veux pas aller dans un orphelinat. Je veux que vous m’appreniez à me battre. Je veux venger mes parents. »

L’homme la regarda avec de grands yeux surpris.

« Ça fait beaucoup de « je veux » pour une si petite fille non ?

- S’il vous plait… »

Après une lourde insistance de l’ange ils finirent par accepter de lui donner des cours de self défense. Bien qu’ils ne sachent pas sa vraie nature car elle ne déployait pas ses attributs angéliques, ils remarquèrent qu’elle était douée. Après la défense à main nue ils lui apprirent à se servir de petits couteaux d’argent, à les lancer plus précisément. Quelques années s’écoulèrent, la fillette grandit et progressait assez rapidement, elle appris aussi à tirer avec des pistolets, mais les lames restaient son domaine de prédilection. Même si le tir était quelque chose dans lequel elle se débrouillait et que le lancer de couteau devenait aisé, le maniement du sabre devint sa spécialité, elle se retrouva donc à s’entrainer avec un katana.

Le temps passa comme partout, l’ange n’avait pas déployé ses ailes depuis la mort de ses parents, son cœur était comme mort, son visage ne souriait plus, ses yeux ne pleuraient plus, elle était calme et froide ne pensant qu’à s’entrainer pour se venger. Mais un jour un envoyé des cieux vint la convoquer parmi les siens. Ne pouvant pas refuser elle suivit le messager. Alice avait beau être entourée d’anges elle ne sentait pas comme chez elle, elle était mal à l’aise même. Ne sachant pas trop à quoi s’attendre la jeune fille resta sur ses gardes en arrivant dans la salle qu’on lui avait indiqué. Un ange se tenait là, il se présenta comme étant un archange responsable d’elle durant son séjour pour lui expliquer le fonctionnement de cette société.

« Tu as grandi chez les humains mais tu restes l’une des nôtres, tu dois donc vivre selon nos règles.

Les yeux violets, froids et durs le regardèrent bien en face avec un aplomb déconcertant.

- Sinon quoi ?

- Sinon tu seras déchue.

En l’absence de réaction il poursuivit.

- Je sais bien que la perte de ces humains qui t’avaient élevés a été très douloureuse mais tu ne dois pas te laisser ronger par la haine et la vengeance car cela ne t’apporteras rien de bon.

Le regard perçant de la demoiselle se fit plus dur.

- Ces « humains » étaient mes parents !

- Non tes parents sont des anges.

- Non, mes parents sont ceux qui m’ont élevée et aimée, pas ceux qui m’ont abandonnée sur Terre.

L’archange soupira.

- Ils ne t’ont pas abandonnée, tu as été envoyée sur Terre pour grandir parmi les humains et ainsi apprendre les sentiments humains. Pour les comprendre. La tristesse en fait malheureusement partie.

- Leur mort était prévue ?!

- Bien sûr que non, c’est juste un tragique accident mais tu ne dois pas t’emmurer dans un monde sans émotions. Tu resteras ici quelques temps pour apprendre ce que tu as à savoir.

Avec le temps elle apprit à apprécier cet archange, Raphael, il était bien le seul qu’elle supportait là-haut. C’était un être divin qui n’avait jamais quitté les cieux, pur et innocent, il ne connaissait rien à la haine et la colère. C’est d’ailleurs pour cela que la première approche avec celle dont il était responsable ne fût pas aisée. Mais l’empathie lui permit de la comprendre, et même de s’y attacher, cherchant à lui inculquer les lois de ce monde pour qu’elle puisse conserver ses ailes si précieuses.

Alice passa plusieurs décennies parmi les siens pour assimiler leurs règles. Mais cet endroit ne lui convenait pas. Aussi, dès qu’elle put retourner sur Terre elle le fit et à son retour elle intégra les hunters en se spécialisant dans les vampires. Là-bas sa formation à la chasse aux vampires fût complétée. Mais insatisfaite de son niveau, elle partit voir un ancien chasseur, ce dernier vivait au japon et maitrisait l’art du sabre comme personne. Après avoir fait ses preuves, il la prit comme élève. Elle était douée et progressait rapidement, sa volonté était sans faille. L’ange s’attacha à ce vieil homme plein de sagesse qui fût son maître durant plus de dix ans. Mais comme tout humain, sa vie était éphémère, à la fin il s’adressa à celle qui avait acquis le savoir mais à qui il manquait une chose.

« Alice, tu manie à présent les lames comme personne, mais si la vengeance est un but, une fois atteinte il ne te restera rien. Le savoir sans la sagesse est inutile. Il te reste à trouver la dernière…

Il lui tendit l’objet auquel il tenait le plus, son katana a la lame d’argent. Sur la base de la lame un dragon était gravé.

- De tous les élèves que j’ai eu tu es la seule qui mérite cet héritage. Je te souhaite de trouver la paix en toi, cette lutte a assez duré…

- J’essaierais maître… j’essaierais… »

Sur son lit de mort l’épéiste rendit son dernier soupir avec un sourire. La hunter avait l’impression que le ciel s’abattait à nouveau sur elle. L’immortalité est un bien triste sort, condamné à regarder les gens vivre puis mourir. Encore une fois l’ange avait contemplé la mort impuissante.
De retour à la guilde, Alice l’intégra en tant que chasseuse confirmée. Les dirigeants de l’organisation remarquèrent rapidement ses capacités et décidèrent de lui confier des missions délicates et d’en tirer profit. Une belle arme que voilà.

Entre les missions, que la jeune hunter choisissait toujours de manière à ce que ses cibles soit accusés de choses assez graves pour pouvoir les éliminer sans s’attirer les foudres divines, la demoiselle se fit une amie. Son caractère s’adoucit un peu grâce à cela. Devenant une chasseuse reconnue par ses pairs on lui confia un matin la formation d’une jeune recrue. Un jeune homme qui semblait avoir une quinzaine d’années. L’ange s’attela à la formation du « bleu » comme elle l’appelait, comme si c’était une corvée. En effet le jeune homme était maladroit et gaffeur, de plus il n’entrait chez les hunters que parce que ses parents en étaient et qu’on l’y avait poussé. Mais la formation d’Alice porta ses fruits et il se dégourdit un peu, un autre hunter acheva sa formation car il maniait les armes à feu.

Un soir on confia le nouveau à notre demoiselle pour partir en mission. Autant dire que le travail en équipe ne réjouissait pas vraiment notre ange. Mais la mission se déroula bien. Sur le chemin du retour l’ange avait un drôle de pressentiment, une sensation oppressante qui lui collait à la peau.
Au détour d’une ruelle une silhouette se découpa, un visage se dessina, un visage bien connu d’Alice car il avait hanté son enfance. La hunter dégaina son katana avec un visage qui exprimait enfin quelque chose : la haine.

« Ravie de te revoir avorton angélique. Alors comme ça tu fais mumuse chez les hunters ? »

Son coéquipier se tourna vers elle affolé.

« Alice qui est-ce ?

- L’assassin de mes parents.

Le vampire avança et le jeune homme le mis en joue, le doigt sur la détente. Mais la main fine de la jeune femme se posa sur le canon de l’arme et l’abaissa.

- C’est ma proie, tu tires je te tue c’est clair ?

Son regard était si mauvais qu’il en recula. La demoiselle s’avança vers celui qu’elle n’avait cessé de chercher, menaçante.

- Tu as troqué ton couteau de cuisine pour un sabre ? On progresse. Et où sont tes ailes ? Tu les as déjà perdues ?

Ignorant les questions de celui qui l’accompagnait et celles provocantes du vampire Alice s’élança vers ce dernier. Elle avait progressé et sa lame le toucha plusieurs fois mais il restait rapide et évita les blessures trop importantes. Avec un sourire sadique il se décida enfin à arrêter de fuir. Il la frappa violement  et profita de sa perte d’équilibre momentané pour la désarmer et envoyer le sabre à plusieurs mètres. Avant même qu’elle ait eu le temps de riposter la main de l’assassin la saisit à la gorge et la plaqua contre un mur avec une telle force que la douleur raisonna le long de la colonne vertébrale d’Alice comme une décharge électrique. Grimaçant de ne pouvoir respirer à cause de la main qui l’étranglait elle réfléchit. Puis un sourire se dessina sur son visage, serrant les poings de toutes ses forces elle planta ses ongles dans la paume de sa main. Distrait par l’odeur du sang le vampire relâcha un peu son étreinte et la hunter en profita pour lui asséner un coup de pieds et se libérer. Courant vers son arme au sol elle jeta un rapide coup d’œil vers le bleu. Ce dernier semblait perdu.

- Assez joué, j’ai quelque chose à te montrer.

Le vampire attrapa quelque chose et le tira à lui. Quelque chose… un détail qui avait échappé à l’ange car la colère l’aveuglait et que ce « quelque chose » était resté dans l’ombre, il s’avéra que c’était une humaine. Mais pas n’importe laquelle, la seule amie qu’Alice avait jamais eue, la seule personne à laquelle elle soit attachée. Les crocs du vampire s’approchèrent de la gorge de la jeune femme.

- Pas ça !

Le cri de l’ange traduisait sa détresse, mais si elle bougeait il le ferait, encore une fois elle était impuissante. Avec un sourire mauvais le monstre enfonça ses canines dans la gorge de l’innocente. Dans un cri les ailes de l’ange se déployèrent et lui rappelèrent les évènements qui avaient marqués son enfance.

- Si tu approches je l’achève.

Prise au piège la hunter se tourna vers le jeune homme en retrait.

- Tire ! Bon sang tire !

Mais cette fois le chasseur semblait en état de choc. Le vampire lâcha sa proie et disparu dans un rire. La jeune femme se précipita vers son amie et la pris dans ses bras. Elle vivait, pas pour longtemps mais elle vivait. Les larmes roulaient sur les joues de celle qui avait vécu si longtemps sans en verser.

- Ce n’est pas ta faute… Et mourir dans les bras d’un ange c’est bon signe pour après non ?

Un si petit phrase qui contenait tant de gentillesse, un dernier sourire, et comme pour sa mère dans le passé elle perdit un être cher sans avoir pu faire quelque chose. Son camarade sorti de son hébètement avant elle et la ramena chez elle en évitant de croiser des gens qui auraient pu remarquer ses ailes. L’ange resta cloitrée chez elle plusieurs jours, ne recevant de la visite que de celui qui l’avait raccompagné et tentait vainement de la consoler.

Quelques mois plus tard Alice repris du service, enchainant missions après missions, encore plus inexpressive qu’avant. Un jour elle entendit qu’on avait vu le vampire qui lui avait tout pris. Se précipitant sur les lieux elle vit des hunters devant un corps étendu, on l’avait devancé. Avant de rendre l’âme la créature se tourna vers elle.

- Encore raté.

Saisissant un chasseur par le col et se mit à hurler.

- C’était MA cible !

- On avait reçu un ordre, toi pas.

Dans la colère elle lui assena un coup de poing dans le ventre, il s’écroula au sol, plié en deux.

Ne décolérant pas, la jeune femme enchaina les missions pour se passer les nerfs, sans se soucier du passif des vampires qu’elle exterminait. Une grave erreur pour un être divin. Raphael vint la chercher peu de temps après. Une convocation urgente… L’archange était affollé.

- Alice ! Je suis désolé, j’ai essayé mais ils ne veulent rien entendre… J’ai juste réussi à t’avoir un jugement correct…

L’ange n’eut pas de réaction notable et le suivit. Deux jours plus tard elle se retrouvait devant une assemblée qui devait décider de son sort. Vêtue d’une robe blanche dos nu, pour pouvoir déployer ses ailes plus facilement. L’un des archanges, qu’elle ne connaissait pas, prit la parole d’une voix solennelle.

- Alice Eden, tu es convoquée ici pour non-respect de nos lois. Les sentiments qui t’habitent et ton comportement ne sont pas dignes d’un être de lumière. As-tu quelque chose à dire.

La demoiselle le regarda droit dans les yeux avec un sourire en coin, ce qui le déstabilisa.

- Je n’ai enfreint aucune règle, je n’ai pas tué d’innocents.

L’archange s’énerva.

- La colère t’a fait assassiner des dizaines de vampires sans aucun scrupule !

- Ces créatures vivent en volant la vie d’autrui ! Ce ne sont que des monstres !

- Nous t’avons laissé chasser les vampires car tu choisissais des individus au lourd passé, pas pour que tu les extermines.

Ces mots firent comprendre à la jeune femme une partie des mots de son maître.

- Quelle différence avec la chasse aux démons ? Vous posez vous la question de leurs actions ?

Ces questions firent silence, elle les toisa tous, la tête haute.

- Je pense que ce n’est pas en restant cloitrés dans votre tour d’ivoire que vous pourrez aider les humains. Pour cela il faut les comprendre ! Vous me jetez la pierre parce que je ressens des émotions qui vous sont inconnues, mais qui m’a envoyé là-bas ? Qui a initié cette expérience ? C’est vous ! Le résultat vous déplais alors on va m’arracher les ailes ?!

Ses paroles dérangeaient, elle osait s’opposer, mais on ne pouvait nier la véracité de ses paroles.

- C’est en effet la peine qui risque de tomber.

Un air amusé se dessina sur son visage.

- Dans ce cas je vous propose un pari, un marché, appelez ça comme vous voulez. Vous me laissez une chance de vous prouver ce que j’avance, à savoir que des sentiments humains ne signifient pas la déchéance. Pour cela vous me laissez retourner là-bas et mener ma vie comme je l’entends. En échange à la moindre erreur vous pourrez envoyer un de vos pions pour m’arracher les ailes sans autre forme de procès dès le moment où je transgresserais une de vos lois fondamentale.

Surpris l’archange croisa les bras.

- En somme tu mets tes ailes en jeu pour défendre tes idées ? Tu sais qu’elles seront scellées tout de même ? Nous ne pouvons te laisser ainsi sur Terre sans aucune contrainte.

- Et bien scellez les.

- Ce conseil est donc clos.

Alice suivit Raphael, son tuteur était bien le seul dans cet endroit pour qui elle éprouvait de la sympathie. Cet arrangement qu’elle venait d’obtenir était vraiment une bénédiction. En plus d’éviter d’être déchue de suite, elle pourrait retourner sur terre mener cette vie qu’elle avait toujours eue. L’archange entra dans une salle, la chasseuse sur les talons, puis il se retourna.

- Je suis sincèrement désolé pour ce qui va se passer.

Elle le regarda sans sourciller.

- C’est mon choix, je leur prouverais que leur monde est basé sur des idéaux d’un ancien temps.

Raphael avait sur le visage une peine et une culpabilité bien visible, comme s’il allait condamner un innocent. Il lui fit signe de se mettre en place. La jeune femme ôta le gilet qui couvait sa robe dos nu, puis elle écarta ses cheveux noirs, les ramenant devant une épaule. Enfin elle posa un genou à terre et déploya ses ailes d’un blanc immaculé.

- Courage…

Si l’archange semblait souffrir de ce qu’il allait faire, l’ange affichait une détermination sans faille. L’homme posa sa main entre les ailes de la demoiselle, entament le rituel. Des marques sombres se dessinèrent sur la peau blanche sous sa main. Les yeux de la jeune femme fixaient le sol, sa mâchoire se crispa. La douleur sembla envahir la totalité de ses ailes. D’un coup tout s’intensifia alors qu’elle avait l’impression que l’on arrachait une à une toutes les plumes de ses ailes. Puis que chaque nerfs était parcouru d’électricité et chaque vaisseau sanguin rempli d’acide. Une plainte lui échappa. La douleur était de pire en pire. Son deuxième genou rejoins rapidement le premier, suivi de près par ses mains. Le souffle court, la chasseuse pensait que la douleur ne pouvait être pire. Grave erreur.

Se diffusant de ses ailes à son dos, parcourant sa colonne vertébrale, ses membres, le moindre nerf. Enfin ses ailes disparurent, mais ce fut avec un cri de douleur, comme si elles avaient étés déchirés en mille morceaux. Ce n’était malheureusement pas fini, la main de son tuteur toujours posé entre ses omoplates, Alice sentait ses forces la quitter. Une quinte de toux laissa des éclats de sang sur le sol, un filet carmin s’écoulant à la commissure de ses lèvres. Des larmes roulèrent sur ses joues alors que des cris de souffrance se firent à nouveau entendre. C’était comme si ses os se bisaient tous, comme si ses muscles se déchiraient. Jamais elle n’avait tant souffert. Et jamais elle n’avait pensé qu’une telle douleur était possible. Un vaisseau sanguin se rompit au niveau du canal lacrymal droit et une larme de sang vint rouler sur sa joue, se diluant dans les autres.

Enfin cette sensation horrible se retira peu à peu de ses membres, effectuant le chemin inverse pour se concentrer sous la main de l’archange. Un hurlement accompagna la fin de la pose du sceau qui laissa sa marque entre les omoplates de la jeune femme. Cette dernière s’écroula au sol, haletante, des larmes roulant sans interruption sur son pale visage, eau salé d’un côté et sang de l’autre. Ses yeux à présent bleus et non plus violets.

- Je suis vraiment désolé de t’avoir fait subir ça.

Raphael venait de s’agenouiller à ses côtés, écartant ses cheveux de son visage.

- Il faudra un moment à ton organisme pour supporter le sceau. Tu pourras utiliser tes ailes et ton don… Mais tu dois te douter que ce ne sera pas agréable à cause du sceau. Ton corps ne supportera pas que tu libère tes pouvoirs avec ça. Ne le fait qu’en cas d’extrême urgence.

Alice n’eut même pas la force de hocher la tête. Il lui fallut deux ans pour récupérer ses capacités normales avec le sceau. Deux ans pour le supporter.

De retour sur terre, comme à chaque fois elle retourna chez les chasseurs. Lors de son entrevue elle apprit qu’elle aurait à présent un co-équipier. Bien sûr la hunter s’y opposa fermement, mais la décision était irrévocable. Et quelle ne fût pas sa surprise quand elle vit débarquer le bleu qu’elle avait formé. Ce dernier n’avait plus grand-chose du gamin maladroit qu’elle avait connu, c’était devenu un homme et un vrai chasseur. Le temps passe si vite pour les humains.

Deux ans passèrent et la jeune femme entrait de plus en plus souvent en conflit avec la guilde. Un soir celui qu’elle avait formé et qui s’était auto proclamé ami vint la voir alors qu’elle préparait ses affaires.

- Tu pars ?!

- Ça se voit non ?

- J’ai entendu dire que tu avais accepté une dernière mission… Je peux venir ?

- T’as plus besoin de moi, t’es un vrai hunter maintenant.

Le jeune homme s’approcha d’elle et l’embrassa. S’il s’attendait à une réaction mignonne c’était raté, mais elle ne réagit pas violement non plus comme on aurait pu s’y attendre. Après tout plusieurs avaient tentés leur chances et avaient fini le nez cassé. Alice haussa simplement un sourcil.

- C’est quoi ça ?

- Ben… je voudrais vraiment venir avec toi… je ne serais pas un poids promis ! Et tu pourrais arrêter de me voir juste comme « le bleu ».

Elle sourit gentiment, chose rare. Elle se doutait des sentiments du jeune homme à son égard mais ne les partageais pas. Il était juste un ami, même si elle ne l’aurait avoué pour rien au monde.

- Je t’ai déjà expliqué… Tous ces trucs c’est pas fait pour moi. Je peux pas m’attacher. Trouve-toi une fille comme toi qui te rendra heureux.

- Tu pourrais maintenant…

- Un jour peut être que je pourrais de nouveau vivre comme les autres. Mais pas maintenant.

- Promet moi que tu essaieras d’être heureuse.

- Je vais essayer…

Son visage était peiné, elle s’apprêtait à faire une chose qui pour une fois lui faisait mal au cœur. Posant ses mains sur les tempes du jeune homme, elle laissa ses ailes reparaitre, ignorant au mieux la douleur. Lui semblait perdu, ne comprenant pas.

- Alice ?

Un filet carmin s’échappa à la commissure des lèvres d’Alice. Et elle commença à « voler » les souvenirs qu’il avait d’elle. Découvrant toutes ces images, cette manière qu’il avait de la voir qui était si loin de la façon dont elle se voyait. Il commença à se débattre, comprenant enfin.

- Non ! Ne me les vole pas !!

L’ange termina pourtant, l’allongeant alors qu’il avait perdu connaissance.

- Ces souvenirs t’auraient fait souffrir, crois-moi ta vie sera bien mieux sans moi.

Quelques jours plus tôt un œuf étrange, avec des reflets comme des flammes, lui était apparu. Un petit dragon en sortit, les écailles dans un dégradé de rouges. Lui rappelant celui gravé sur son sabre, elle l’adopta. Il reçut ne nom de Natsu.

La mission de ce soir-là était un contrat d’assassinat visant un vampire qui avait enlevé et tué plusieurs enfants. Il lui donna du fil à retordre car il ne cessait de fuir. Mais une fois sa mission achevée, elle maquilla la scène de manière à ce que l’on pense qu’elle avait été blessée. Puis la hunter suivit le petit dragon vers un autre lieu : Arméria. Se faisant passer pour morte aux yeux de la guilde, personne ne se soucierait de son absence. Le seul qui aurait pu n’en avait plus aucun souvenirs.



Derrière l'écran
Pseudo : Kuroe
Âge : 18 ans
Comment as-tu connu le forum ? : Fondatrice
Quel est ton niveau de RP ? : Se référer à Louise
Que penses-tu du forum ? :  Love2
Autre chose ? : Nop

©️ Yamashita sur Epicode

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isei Ishin

avatar
Messages : 698
Date d'inscription : 01/02/2015

Feuille de personnage
Guilde: Sans Guilde
Rang dans la Guilde: Patron d'un restaurant
Place dans la hiérarchie de sa Race: Ange Gardien
MessageSujet: Re: Le sceau des anges   Mar 24 Mar - 0:10


Bienvenu(e)
Alice

Bonjour/Bonsoir petit ange, bienvenu(e) sur Arméria. Tu as bien lu le règlement, ta présentation et ton avatar sont aux normes alors tu es validé(e). Je t'invite à faire ta demande logement, ou de chambre à la pension. Tu peux aussi passer par la CB, promis on ne mord pas. Si tu as besoin d'aide n'hésite pas à envoyer un Mp aux modos/admins. Amuse toi bien parmi nous ! ♥
©cec
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le sceau des anges
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ANGÉLIQUE___ «Marquise des Anges »[5%]
» Sceau et blason du Comté
» Préambule du Chapitre trois : « Anges et Démons »
» Les anges pleurent la fin du Monde...
» 5.Sceau et blason des villes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arméria Renaissance  :: Premiers Pas :: Registres :: Présentations Validées-