Arméria Renaissance


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ryû Kosaki ♫

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ryû Kosaki

avatar
Messages : 107
Date d'inscription : 02/02/2015

Feuille de personnage
Guilde: Sans Guilde
Rang dans la Guilde: Vendeur dans un magasin d'instruments de musique
Place dans la hiérarchie de sa Race: N'a pas de clans
MessageSujet: Ryû Kosaki ♫   Lun 2 Fév - 21:16

Ryû Kosaki

Proie ou Prédateur?



ID Card
Âge : 22ans
Sexe : Masculin
Orientation sexuelle : Hétérosexuel
Espèce : Métamorphe (neko)
Métier : Vendeur dans un magasin appelé "Aux Violons Accordés".
Origines : Japonaises
Familier : Futatsu, un nekomata.
Spoiler:
 
Aptitudes : Mise à part posséder l'agilité de son espèce, rien de plus.
Personnage sur l'avatar : Gareki de Karneval

Physique


Des oreilles de chat, une queue (seulement visibles lorsqu'il le souhaite) et des pupilles en forme d'amande... Et bien, comme tous les nekos me dirait vous! Sauf que Ryû n'est pas comme tous les êtres de sa race. Mais ça, cette spécialité, elle se remarque dans son caractère et non pas dans son apparence. Revenons-en donc à cette description physique... Plutôt de taille moyenne, presque grand, il est assez mince et élancé, pas musclé, pas du tout non, il ne cherche pas à devenir le prochain champion du bodybuilding, il ne fait même pas de sport, ça ne l'intéresse pas, comme presque tout d'ailleurs... Il peut très bien manger des tonnes et ne pas prendre un seul kilo, ce qui est assez pratique en soi, enfin, quand vous avez de quoi vous payer des tonnes et des tonnes de nourriture...

Des cheveux court, voire mi-long, enfin, ça dépend de certains points de vue, noir, par contre, ça, ça reste pareil, ça diffère pas. Il ne les coiffe jamais non, la flemme, c'est trop saoulant et puis ça sert à rien puisque de toute façon le lendemain ils seront à nouveau en bataille. Donc autant ne pas s'embêter pour ça. Ses yeux sont, et bien bleu, glace, oui, ça peut-être impressionnant, surtout que son regard est loin d'être pétillant de malice ou autre non, il n'est pas méchant non plus, enfin, ça, ça dépend de votre comportement envers lui, mais disons qu'il est plutôt... Il semble comme «éteint», y a pas grand chose de lisible dans ses yeux, si ce n'est qu'il paraît en avoir rien à faire du reste du monde, tout comme il se fiche pas mal d'être débarqué sur Arméria, c'est un enfer comme un autre et il a l'habitude de se débrouiller sans l'aide de personnes, donc vivre ici, ou y survivre, ça devrait pas être un problème.

Côté vestimentaire, rien de bien spécial, disons qu'il fait avec ce qu'il a, c'est a dire pas grand chose. Généralement il porte un jean troué d'un peu partout, avec le premier t-shirt qui lui passe sous la main. C'est un peu idiot mais comme il se fiche pas mal du regard des autres... Un style? Pour lui ça ne sert à rien, et puis, il s'estime déjà heureux d'avoir quelque chose à se mettre alors pas question de chipoter. De toute façon, tout lui va, de la tenue du beau gosse au style plus sombre tel que le gothique en passant par le gars complètement fashion victime, et c'est sans doute ce qui, allié à son visage qui est plutôt beau, pourrait le conduire à une carrière de mannequin, mais qui dit mannequinat, dit tout un tas d'exigences, et ça... Ben la flemme quoi.

Enfin, et surtout, pour un neko, le plus important, c'est sa transformation en chat. En ce qui concerne Ryû, il s'agit là d'un vulgaire chat de gouttière, noir, tout comme ses cheveux, un chat tout ce qu'il y a de plus banal, ses yeux sont rouge quant eux et reste généralement «humain». Autour de son cou néanmoins, on peut voir un collier, aussi rouge que son regard avec une clochette qui ne manque pas de teinter à chacun de ses mouvements.

Ah! J'allais oublier, il a également quelques petites cicatrices par ci par là, dû à son don de s'attirer des ennuis. La plus visible est sans doute celle qu'il a juste au niveau du genou, étant celle qui a été la plus grossièrement soigné.

Caractère


Comme dit un peu plus haut, Ryû est assez différent de ceux de sa race au niveau caractère. Enjoué? Câlin? Doux et super sympa? Ahahahahah! N'importe quoi! Blasé de la vie oui! C'est sans doute ce qui le caractérise le plus. Sans amis, sans famille... Bref, il n'a rien qui puisse attirer la sympathie des autres, sans doute à cause de son caractère de chien aussi... Un mélange de pitbull avec un paresseux, c'est sans doute ça, oui... Flemmard à en faire pâlir le plus paresseux des paresseux, il passe généralement ses journées à traîner par ci par là sans but, ah si, pardon, ça lui arrive de chercher un banc où pouvoir s'asseoir... Ben oui, faut bien se reposer aussi un peu, rester debout toute la journée, c'est fatiguant. A part ça, il ne fait pas grand chose, fumer (pas que du tabac) et boire un verre de temps à autre, au café du coin.

Généralement, il est rare de voir ne serais-ce qu'un sourire éclairer son visage, bien souvent, il n'exprime pas ce qu'il ressent, c'est simple, les sentiments, ça sert à rien ou a pas grand chose, peut-être, ou sûrement même, à souffrir sinon, ben c'est chiant et puis être sympa, ça attire les gens et après faut lier des amitiés et ça, c'est encore plus saoulant que n'importe quoi d'autre, et puis quand on est seul, ben au moins on a pas à se préoccuper de l'autre, y a pas besoin de lui faire des cadeaux quand la situation l'exige, enfin bref, les relations humaines c'est dur, c'est compliqué et tout ce qui est compliqué, ben c'est pas pour lui, lui qui dort parfois et bien souvent même jusqu'à l'heure du déjeuner ne ressent pas le besoin d'avoir des amis.

Autre chose aussi, les seules fois où vous verrez Ryû ouvrir les lèvres, ça sera pour bailler, à s'en décrocher la mâchoire probablement, comme il en a l'habitude. Parler? Pour quoi faire? Pour se fatiguer inutilement à déblater des paroles? Et puis, parler à qui? Lui qui n'a ni amis, ni maîtresse, ni famille... Alors franchement, parler au premier venu, ça serait complètement idiot, même pas sûr qu'il l'écouterait, peut-être bien même qu'il l'enverrait balader, donc c'est totalement inutile et puis, ça serait montrer qu'il est désespéré alors qu'il n'en a totalement rien à faire. Il a pas besoin de parler, de s'exprimer ou de se confier, ça c'est pour les faibles et lui, il n'en est pas un, enfin, c'est ce qu'il espère...

A part ça, bien souvent il traîne dans les bars les moins cher du quartiers, ceux qui sont, sans aucun doute, aussi malfamé que les enfers eux-mêmes, des vrais coupe-gorges mais si il veut pouvoir s'offrir un verre ou deux chaque soir, ben il a pas trop le choix, et puis il aime bien ces ambiances où tous le monde parle fort et ne fait attention à rien, si ce n'est aux fesses de la serveuse qui se dandine toute la soirée, c'est pas «convivial» ni vraiment «chaleureux» mais c'est tout ce qu'il peut s'offrir et quelque part au fond, ça lui réchauffe le cœur de voir qu'il est pas le seul rebut de la société mais ça, jamais il ne vous l'avouera, non, c'est bien trop personnel, lui qui pense être dur comme un foutu roc ne voudrait pas que l'on perce sa carapace, ça ferait remonter bien trop de mauvais souvenirs à la surface.

Donc, on l'a bien compris, il adore se promener dans ce genre d'endroit, et ce, même si ça lui attire beaucoup, beaucoup d'ennuis. Les gens n'ont pas oubliés qu'autrefois les nekos ainsi que les inus étaient considérés comme des animaux de compagnie, ça, ils ne l'ont pas oubliés, mais ce qu'ils semblent ne pas savoir pour certains, c'est que ce système là a été abolis et que maintenant, ben tous le monde est sur le même pied d'égalité, alors quand un type un peu complètement idiot vient lui chercher les noises en le traitant comme un vulgaire animal, ben lui il se gêne pas pour lui en mettre une en pleine tronche. Vous l'aurez compris, il est assez impulsif et frappe bien souvent à la moindre petite contrariété, ce qui, les trois quart du temps, provoque une bonne bagarre qui attirera de nombreux partisans.

Enfin, Ryû se croit totalement hétérosexuel, non pas qu'il est beaucoup attiré par les femmes, après tout, il n'y fait pas attention, pas plus qu'au reste du monde, mais pour lui, c'est comme ça, c'est évident, il n'y a rien de plus normal et il pense l'être totalement, du moins de ce point de vue là, mais après tout, il n'a jamais vraiment été attiré par quelqu'un alors qui sait...? En tout cas, ne le traitez jamais de «tapette» ou de «gay» où il s'acharnera sur vous jusqu'à ce que votre propre mère ne vous reconnaisse plus...

Histoire


Comme on peut facilement le deviner, Ryû n'a pas eu une vie facile, à commencer par son enfance qu'il a passé au bordel du coin de sa ville natale. Ooh, bien sûr, c'était un bordel clandestin, après tout, c'est pas tout à fait autorisé par la loi mais bon, pour les femmes désespérés c'est un vrai refuge, suffisait de trouver un coin tranquille, pas à l'écart de tout quand même puisqu'il faut des clients, mais un lieu où même la police osait pas trop se fourrer, enfin bref, y avait bel et bien un bordel et c'était là qu'il vivait en compagnie de sa mère, une «catin» comme les autres, enfin, non, pas tout à fait, elle avait des oreilles et une queue de chat elle aussi et c'est d'ailleurs ce qui fait qu'elle a beaucoup de succès... Elle a oui, puisqu'elle n'est pas morte, pas encore, on ne meurt pas à quarante ans après tout...

Donc oui, Ryû est né de l'union d'une «putain», il faut le dire oui, avec un type, tout à fait inconnu, qu'il n'a par ailleurs jamais connu et sûrement ne le connaîtra-t-il jamais... Quand il était tout petit, il s'amusait à regarder sortir et entrer chacun des clients de sa mère, se disant que peut-être son père à lui reviendrait et qu'il le reconnaîtrait, mais comment reconnaître quelqu'un que l'on a jamais vu? Et puis, faut pas rêver non plus, avoir un enfant illégitime c'est pas très bien vu par la société alors l'assumer et le garder avec soit, c'est même pas imaginable. Donc bon, tout ca pour dire qu'il a vainement espéré avoir une figure paternel qu'il n'a décidément jamais eu.

Toujours est-il qu'il était et pouvait parfois se montrer violent, très violent même. D'ailleurs, quand il n'était pas au bordel à rendre toutes sortes de services aux collègues de sa mère, ben il était dans les rues, à chauler et à traîner des pieds, à rien faire à part errer et maudire le jour où on l'avait mis au monde, bon sang, parce qu'il était différent, parce qu'il n'avait pas de père et qu'en plus il était obligé de prétendre qu'il n'avait pas de mère pour garder l'existence du bordel secret, tout le monde le regardaient de haut, personne n'hésitait à le bousculer, y avait personne pour le voir, personne pour le remarquer, jamais on ne s'arrêtait et on s'excusait lorsqu'on le faisait tomber, même dans la boue, enfin bref, il était traité comme un vulgaire orphelin, comme un hystérique des rues, et parfois, lorsqu'il n'en pouvait plus, il lui arrivait de frapper le premier venu.

Néanmoins, il est arrivé un jour, alors qu'il traînait dans le parc de sa ville, alors qu'il marcher tranquillement, perdu dans ses pensées et le regard fixé sur le bout de ses baskets bien trop usées, il s'est à nouveau fait bousculer, jusque là, rien de plus normal me direz-vous, mais ce qui l'étonna le plus ce jour-là, c'est qu'il entendit une toute petite voix s'excuser et dire «Pardon». Rien qu'un mot, rien qu'un seul qui lui suffit à écarquiller les yeux et à se retourner, vif comme l'éclair. Pour voir quoi? Une gamine, une fillette légèrement plus petite que lui mais bien mieux protégé du froid. Il était là, à la contempler sans rien dire quand il sentit un éternuement lui monter jusqu'au nez, éternuement qui ne tarda pas à sortir et qui, probablement en était-ce la raison, fit froncer les sourcils de la petite fille qui aussitôt se mit à le sermonner pour ne pas avoir enfiler de manteau plus chaud.

Ce fut à son tour de s'excuser, ce n'était pas de sa faute c'est vrai, puisque sa mère n'avait pas les moyens de lui payer grand chose, elle se contentait de lui acheter deux ou trois trucs par ci par là, préférant privilégier les vêtements plus légers qui bien souvent étaient moins cher, mais il était tellement perdu sur le coup le pauvre qu'il fut incapable de dire quoi que se soit d'autre pendant un long moment, et ce, même lorsque la gamine défit son écharpe pour l'enrouler autour de leur deux cous, il se laissa faire sans plus rien dire, entrouvrant simplement les lèvres en un petit «O», et se laissa entraîner jusqu'au banc le plus proche. Là encore il était silencieux et ça semblait gêner la petite fille qui lui parler, qui lui poser des tas de questions auxquelles il ne répondait pas, bien trop concentré à fixer le sol recouvert de neige. C'était la première fois qu'on se montrait attentif à lui, et il en était un peu «choqué» dirons-nous, par conséquent, il n'osait pas prononcer le moindre mot, il ne voulait pas la faire fuir cette fillette qui visiblement ne semblait pas le prendre pour monstre, mais si il se bornait à rester silencieux, c'est ce qu'il finirait par faire non?

Décidé à se montrer plus coopératif, il tourna d'abord lentement les yeux vers elle, pour l'observer de ses pupilles effilées, la regarder du coin de l’œil et chercher à comprendre pourquoi elle était aussi sympa avec lui, il la regarde donc et ce n'est que lorsque leur regard se croise, ce n'est que lorsqu'elle le surprends qu'il tressaille et balbutie, comme un idiot, qu'il rougit et baisse les yeux très bas avant de murmurer du bout des lèvres un remerciement, la main resserrer autour du pan de l'écharpe qui pend de son côté. Il susurre donc et ce n'est sans doute pas assez fort pour la gamine qui lui demande de répéter, ce qu'il fait aussitôt d'une voix plus forte, qui, malgré tout, fera sourire la petite fille. Cette dernière, heureuse d'avoir pu établir le contact, lui posa à nouveau de nombreuses questions, comme par exemple «Où est ce qu'il est ton papa? Et ta maman? T'es tout seul?», bref, ce genre de chose et il lui répondit, faisant comme sa mère le lui avait conseillé, déclarant son paternel mort et sa mère disparut, mais visiblement, ça n'a pas l'air de repousser la gamine qui est au fond bien trop contente d'avoir trouvé un camarade pour jouer, ce qu'ils feront tous les deux le restant de l'après-midi, du moins jusqu'à ce que quelqu'un intervienne, ici le père de la petite fille qui en les trouvant tous les deux n'hésitera pas à blesser moralement et physiquement Ryû, en le traitant de «saleté» et de «monstre» ou encore de «démon», avant de lui asséner une violente gifle qui le fera tomber au sol sur ses fesses, mais le pire n'était pas encore là non, il prit l'écharpe de la petite fille et la jeta par terre en criant haut et fort que désormais son enfant ne pouvait plus la porter, qu'il l'avait «contaminé», contaminé, mais de quoi? Il n'en savait rien et c'était bien la première fois qu'on s'en prenait ainsi à lui, ce qui le cloua sur place, le laissant pantois alors que l'homme s'éloignait déjà avec la fillette.

D'après ses souvenirs, il serait resté ainsi, assis dans la neige, les mains plongées dans le froid que provoquait la poudreuse qui recouvrait sa peau de longues, longues minutes, si bien que lorsqu'il est repartit, le bout de ses doigts étaient devenus légèrement bleu. Il s'est donc relevé et récupérant l'écharpe blanche qui semblait tricoté à la main, il l'enroula autour de son cou avant d'y plonger ses doigts également pour les réchauffer. Le chemin du retour jusqu'au bordel fut long, lui qui habituellement se dépêchait de rentrer à cette période de l'année, il était plongé dans ses pensées, occupé à réfléchir à ce qu'il s'était déroulé. Il se souvient... se souvient encore que la première chose qu'il a fait en rentrant ce soir là, c'est d'aller se cacher dans un placard pour pleurer, pleurer encore et encore. Sa mère ne l'y a retrouvé que des heures plus tard, en plein milieu de la nuit pour être plus précis, après son dernier client, et plutôt que de le consoler, elle a préféré l'y enfermer le restant de la nuit en prétendant que les enfants comme lui devaient grandir plus vite que les autres et qu'ils devaient apprendre à vivre en étant considérés comme de la «sous-merde», je cite. En refermant la porte et en tournant la clef, elle lui a dis qu'il lui faudrait être fort et que si il ne l'était pas alors il finirait par être tué dans ce monde de barges...

Bref, le lendemain, qu'elle a ouvert l'armoire, ce qu'elle y a trouvé, le Ryû qu'elle y a vu n'était plus le même qu'elle avait connu jusque là, le garçon avait trouvé sa force dans l'ignorance de tout, si bien qu'à partir de ce jour-là, il ignora totalement les moindres tentatives de rapprochement avec lui, il ne faisait plus attention aux autres, il ne pensait plus qu'à lui et sa vie continua ainsi pendant encore de nombreuses années, vivant de ce que lui offrait sa mère jusqu'à ses seize ans il devint officiellement le «gardien» du bordel, s'occupant d'envoyer au tapis les quelques clients un peu trop lourd de certaines catins et ça, ça dura encore deux bonnes années et alors qu'il grandissait et qu'il devenait «beau», vraiment, certaines collègues de sa mère commencèrent à s'intéresser à lui de près, lui faisant littéralement du gringue, allant jusqu'à lui proposer quelques parties de jambes en l'air qu'il refusa poliment. Mais tout ça n'était pas vu d'un très bon œil par la patronne des lieux, du moins jusqu'à ce qu'elle ait l'idée de lui proposer un poste à temps plein dans son bordel, pour suivre «les traces de sa mère» qu'elle lui dit... Ce qu'il refusa également.

Ce n'est qu'après cet événement que la catin en chef décida de le mettre à la porte, prétextant qu'il était grand maintenant et mature sexuellement, ce qui pourrait «porter préjudice à ses employées». Il fut donc mit dehors avec pour seuls patrimoine les quelques vêtements qu'il avait eu le temps de fourrer dans un baluchon et les quelques liasses de billets que sa mère lui avait offert. Il a donc durant trois ans vécu dans la rue, squattant les quelques recoins sombres qu'il jugeait plus ou moins confortables. Comment est ce qu'il vivait, puisqu'il ne travaillait pas? Ben c'est pas super compliqué, sa mère, et heureusement pour lui, lui avait ouvert un compte sur lequel elle plaçait une grande partie de ses payes. Donc merci maman!

Un jour, alors qu'il s'était installé dans un coin pour dormir, ce qu'il faisait d'ailleurs jusqu'à ce que les rayons de la lune le réveille, il entrouvrit les yeux, encore ensommeillé, et cligna plusieurs fois des paupières en remarquant un étrange objet juste à côté de lui, objet qu'il comprit rapidement n'être rien d'autre qu'un œuf. Oui mais voilà, un œuf de cette taille, ce n'était juste pas possible. Enfin, loin de se poser tout un tas de question, le neko l'avait récupéré et s'apprêtait à en faire une énorme omelette quand l’œuf a commencé à bouger, puis à craqueler. Coïncidence? Toujours est-il que la première chose qui vient à l'esprit de Ryû ce soir là, c'était que la bestiole devait avoir un sacré instinct de survie pour éclore dès maintenant.

Et encore plus étrange, c'est un nekomata qui en sortis, une sorte de chat à deux queues qui, immédiatement après avoir quitté son cocon s'était jeté sur lui pour se mettre à ronronner. Mais ce n'est pas tout, loin de s'arrêter là, la bestiole l'avait carrément... téléporté? Propulsé? Sur l'île d'Arméria qu'il apprit rapidement à connaître, afin de pouvoir y survivre convenablement. Aujourd'hui, cela fait plusieurs mois que Ryû est arrivé sur place. Il a apprit à communiquer avec son familier qu'il a appelé Futatsu, a depuis trouvé un boulot et a même prit un appartement...



Derrière l'écran
Pseudo : Dark_iss
Âge : 20ans
Comment as-tu connu le forum ? : J'en suis la co-fondatrice! Razz
Quel est ton niveau de RP ? : Bon!
Que penses-tu du forum ? : Il est génialissime! Cool
Autre chose ? : Nop!

©️ Yamashita sur Epicode

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louise Sylfanir

avatar
Messages : 507
Date d'inscription : 01/02/2015
Age : 21

Feuille de personnage
Guilde: sans guilde
Rang dans la Guilde: gardienne du temple
Place dans la hiérarchie de sa Race: nymphe lambda
MessageSujet: Re: Ryû Kosaki ♫   Lun 2 Fév - 22:39


Bienvenu(e)
Ryû

Bonjour/Bonsoir petit métamorphe, bienvenu(e) sur Arméria. Tu as bien lu le règlement, ta présentation et ton avatar sont aux normes alors tu es validé(e). Je t'invite à faire ta demande logement, ou de chambre à la pension. Tu peux aussi passer par la CB, promis on ne mord pas. Si tu as besoin d'aide n'hésite pas à envoyer un Mp aux modos/admins. Amuse toi bien parmi nous ! ♥
©cec
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://armeria-roleplay.forumactif.org
 
Ryû Kosaki ♫
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arméria Renaissance  :: Premiers Pas :: Registres :: Présentations Validées-